Arrivée
Nuits
Chambres
>Adultes
Enfants
Numéro de client
Video

Hotel Isola d'Elba
Notre histoire

Danila, la première femme de l'île d'Elbe à avoir fondé un hôtel.


Quand l'architecte "Mario Puliti", professeur à l'université de Florence, est venu à Scaglieri avec sa famille, il n'en revenait pas: la plage de sable doré traversée par un petit ruisseau, trois pins et trois meules de foin qui doré le paysage. De l’autre côté de la plage le "Vicinato", composé de deux rangées de maisons adjacentes à une route qui se termine sur les rochers.

Un village heureux habité par des gens simples et cordiaux qui nous ont offert des fruits, du poisson et un excellent vin blanc fait sur place. Nous étions en 1948 et dans l’île d’Elbe, il n’y avait que 7 hôtels, pour un total de 159 chambres.

À Scaglieri, il n'y avait rien du tout et la famille "Puliti" était logée dans la cave de "Paolino Balestrini", divisée de manière appropriée avec une tente.

Les toilettes? Un trou dans l'étable, parfois en compagnie d'un cheval et d'une chèvre.

Fasciné par la gentillesse des habitants, l’architecte pensait que c’était l’endroit idéal pour construire une maison de vacances; il acheta un terrain de 30 mq à "Romolo Balestrini", et l'année suivante, il commença les travaux de construction du "refuge" surplombant la mer.

"Paolino" (le père de "Danila" et le grand-père de "Luisa" et "Stefania") n'avait pas l'intention de se transformer d'agriculteur en entrepreneur de tourisme, mais il comprenait que les "étrangers" plongés dans les eaux de la baie pourraient constituer une nouvelle source de revenus, complétant l'activité agricole normale. Il a transformé la grange en une buvette et a nourri le baigneurs, attirés par une nature préservée.

En haute saison, toute la famille "Balestrini" cuisiné des frites inoubliables accompagnées de poissons pêchés par "Paolino". Sa femme, son fils "Ilio" et ses filles "Idia" et "Paolina" ont cuisiné et servi à table, mais la jeune "Danila" était prête à concrétiser les demandes des touristes, interprète original de la modernité.

Simple, mais jamais banal, il a naturellement capturé la sympathie du peuple jusqu’à former une clientèle stable qui assurait des revenus en augmentation constante.

Pourquoi se contenter de donner des repas et des boissons alors que les conditions étaient réunies pour augmenter le travail et augmenter les revenus?

Nous sommes en 1952, "Emilio Isotta", célèbre architecte milanais, a participait à divers projets, surtout à Marina di Campo (où il a construit l'hôtel "Iselba"), aujourd'hui encore considéré un exemple de compatibilité entre environnement et urbanisme.

Lui aussi a été fasciné par Scaglieri, où il a supervisé le développement de la maison "Fabiani" achetée pour quelques centimes par l’industriel "Guardigli". Attirés par les délices de la cuisine "Balestrini", il y mangeait presque tous les jours. Mais il avait l'habitude de ne pas payer et "Paolino", après avoir réclamé plusieurs fois le solde de ses comptes, lui l'a poursuivi avec un bâton, le défiant de se rendre dans son restaurant.

Et ici intervient "Danila" qui a compris les opportunités de la situation, pourquoi ne pas profiter du talent d' "Isotta" pour ouvrir un hôtel?
La négociation n’est pas simple, mais elle a tellement de volonté de pouvoir surmonter les obstacles du père et les caprices de l’architecte. À la fin, un accord est conclu: "Isotta" va créer le projet sans attendre une compensation.

C'est ainsi que naît le petit hôtel, qui a débuté son activité en 1956. Il s'agit d'un petit établissement géré par une famille qui se concentre entièrement sur la fidélisation de la clientèle. Les demandes ne cessent pas d'augmenter et "Danila" ne prend pas de peur: elle vend une partie des terres, s'endette, lutte contre la myopie de la bureaucratie, elle investit pour augmenter le nombre de chambres et moderniser chaque année les services. Elle n'utilise pas du marketing, des techniques de promotion et des propositions des agences de voyages (elle écoute, mais ne se laisse pas séduire).

"Danila" décide par elle-même.

Elle a compris que la meilleure politique de développement d'une petite entreprise dépend de la satisfaction de la clientèle.

Quand l'hôtel est fermé, elle voyage beaucoup, observe le comportement des hôteliers des stations balnéaires les plus populaires, observe l'équipement des établissements et enrichit chaque année son activité de techniques de gestion.

Elle travaille avec des rythmes vertigineux et ne pas tolérer les retards . Le charrette à cheval du père été trop lent et peu pratique pour se arriver à l'hôtel. "Danila" voyageait à bord d'une guêpe sur les routes cahoteuses du "Capannone" (à l'époque on se souvient qu'été interdit aux femmes de monter à bicyclette).

Était-elle une féministe? Jamais de la vie, elle vois grand, pense positif, conteste les préjugés d'une société arriérée et bigote, mais garde sa féminité intacte.

Le monde des hôteliers, exclusivement réservé aux hommes, observe avec scepticisme les initiatives de cette jeune femme entreprenante et agressive. Mais son enthousiasme grandit et ses profits augmentent considérablement. Et voici la première voiture, une "Topolino" noire.
La petite auberge devient un hôtel de plus de 50 lits, dans le respect de l'écosystème. Et la magie continue...

l'hôtel est toujours géré par des femmes (les deux filles, Stefania et Luisa) et c'est au monde féminin que la promotion est destinée. Le dernier coup? Les filles de l'équipe nationale suisse de ski alpin ont choisi Scaglieri pour le premier entraînement saisonnier de 2009.

Danila, que penserait?!

...de Umberto Gentini

DISPONIBILITÉ

  Visualisez un nouveau code
J'accepte les conditions de sûreté et de privacy

TripadvisorElba Paradiso ToscanoBlu Navy

HOTEL DANILA
SPIAGGIA DI SCAGLIERI
57037 Portoferraio - Isola d'Elba - Italie

Facebook TwitterGoogle+Instagram

App StoreGoogle Play

Tel. + 39 0565 969915 - Fax +39 0565 969865 - info@hoteldanila.it

Site-map:

Facebook TwitterGoogle+Instagram

App StoreGoogle Play

Web 2.0 byWeb By Uplink

 

 

Mail to Hotel Danila